Dieter Förster : « La Main Tendue a sauvé notre famille »

Dans de nombreuses vies, la joie et la peine vont de pair. Dieter Förster, 83 ans, a raconté à DeinAdieu les moments forts et les tragédies de sa vie.

Dieter Förster a grandi à Berlin-Wilmersdorf. Il avait moins de six ans lorsque la Royal Air Force britannique a bombardé la capitale du Reich le 16 janvier 1943. Environ 140 bombardiers de la Royal Air Force, principalement des quadrimoteurs lourds, ont largué 370 tonnes de bombes explosives et incendiaires. C’était plus que lors de n’importe quelle attaque précédente.

148 personnes ont perdu la vie lors de cette nuit froide et plus de 10’000 se sont retrouvées sans toit au-dessus de leurs têtes. Dieter Förster hoche la tête. L’homme de 83 ans était accroupi avec sa mère dans le sous-sol du bureau de poste principal à ce moment-là. « Il y a eu des craquements, des claquements et comme du tonnerre. Après, ça ressemblait à Beyrouth aujourd’hui. Notre maison a été détruite par une bombe incendiaire, des gens désespérés sortaient des biens des décombres. La ville me semblait être une mer de flammes. » Il est silencieux. Je suis pris de stupeur. « Croyez-moi », dit Dieter Förster, « une chose pareille vous traumatise ».

Le grand homme était un enfant unique à l’époque. Son père, un policier, a été enrôlé dans les SS au début de la guerre et était stationné en Union soviétique. « A ce moment-là, nous ne savions pas ce qu’il faisait à Riga », dit Dieter Förster. « Après coup, nous nous sommes demandé pourquoi nous n’avions jamais demandé. Plus tard, j’ai lu que des choses terribles s’étaient produites à Riga à cette époque. Il y avait de nombreux camps. Beaucoup d’histoires tristes. »

À la fin de la guerre, mère et fils vivaient toujours à Wilmersdorf, dans la banlieue de Berlin. « Cela a été bénéfique lorsque les Anglais ont remplacé les libérateurs russes à l’été 1945 », raconte Dieter Förster. Son père s’était échappé de Riga, avait tenté de passer en Allemagne et s’était retrouvé dans un camp de prisonniers anglais près de Hambourg. « Il a été emprisonné là-bas pendant un ou deux ans. Il n’a pas pu rentrer à Berlin. A cause du blocus. » C’était une période difficile. Toute la nourriture devait être acheminée par avion. Les gens souffraient de la faim et des privations.

En 1949, lorsque le blocus de Berlin a été levé, son père est rentré « de la guerre » et a cherché un emploi de charpentier. L’enfant de onze ans qu’il était l’a vécu comme un bon moment. Peu de temps après, sa sœur Brigitte est née. Dieter Förster rit. Il dit : « Elle a un peu souffert à cause de moi. J’avais 13 ans de plus et j’étais en quelque sorte son deuxième éducateur. Des années merveilleuses ont suivi. Empreintes d’espoir. L’évolution a été positive. Ceux qui le voulaient trouvaient un emploi et pouvaient travailler. »

Dieter Förster
En 1962, à Pâques, Dieter Förster et un groupe scout de Berlin ont rendu visite à des familles scoutes amies au bord du lac de Zurich. Les jeunes étaient enthousiasmés par toutes les beautés de la Suisse. (Photo : Paolo Foschini)

Dieter Förster est tombé amoureux au bord du lac de Zurich

Un événement décisif arrive maintenant. Le jeune Berlinois s’est engagé dans les scouts et a fait la connaissance d’un groupe suisse lors d’un camp dans le sud de l’Allemagne. « Ils nous ont intéressés », dit Dieter Förster rayonnant. « Nous les avons invités à Berlin. C’était en 1961, le mur n’avait pas encore été construit. » En retour, une invitation en Suisse a suivi. En 1962, à Pâques, les Berlinois ont rendu visite à « leurs familles scoutes » au bord du lac de Zurich. Les jeunes étaient enthousiasmés par toutes les beautés de la Suisse. « Rien que la gare de Zurich était fascinante. L’agitation intense, les gens heureux. A côté de cela, notre station Zoo était une misérable chose. »

Lors de la soirée d’adieu dans une cabane forestière entre Stäfa et Hombrechtikon, il a rencontré une jolie jeune fille blonde. « Cela m’a complètement bouleversé », dit Dieter Förster. « Je me suis amusé à tirer sa tresse. Nous nous sommes bien entendus. J’avais 24 ans et elle en avait 17. » Il dit : « Elle m’a montré la cabane et m’a dit qu’elle ne voulait jamais se marier ni tenir un ménage. » Plus tard dans la voiture, une première vague de chagrin d’amour l’a saisi. « Et moi, nigaud que j’étais, je ne connaissais même pas son nom. »

Lettre écrite aux « Fuchs de Stäfa »

De retour chez lui, il a écrit une lettre de remerciement en Suisse en tant que chef de la délégation et il a joint une carte adressée ainsi : « Fuchs, Stäfa ». Et voilà : Ruth Dubs a répondu. En quatre ans et demi, il y a eu des centaines de lettres. « J’ai ouvert la boîte la dernière fois et je les ai toutes lues. Impressionnant. Nous nous disputions, nous nous aimions. Tout cela à distance. Les lettres allaient et venaient constamment. » Lorsque les lettres en courrier A n’ont plus été suffisamment rapides, Dieter Förster a commencé à téléphoner. « Cela est vite devenu trop cher. » Les amoureux pouvaient se voir une fois par année, lorsque Dieter Förster passait ses vacances dans le sud.

Pour l’ingénieur électricien diplômé, c’était clair : « Je devais aller en Suisse. » Il a trouvé un emploi à Zurich dans la société Albiswerk, rachetée plus tard par Siemens. « J’aurais pu commencer tout de suite. » En 1967, Ruth et Dieter se sont mariés à l’église de Stäfa et leur fille Sabine est née au printemps suivant.

Dieter Förster
Dieter Förster devant une boîte remplie de lettres d’amour qu’il avait écrites à Ruth et reçues d’elle. « Impressionnant. Nous nous disputions, nous nous aimions. Tout cela à distance. Les lettres allaient et venaient constamment. » (Photo : Paolo Foschini)

Des plans de voyage imaginés après la crise de Ruth

Ruth, enseignante à l’école primaire, a cessé de travailler après avoir accouché. Elle était un peu malheureuse. Seule dans un appartement dans un quartier isolé. Deux ans plus tard, la petite famille a déménagé à Birmensdorf (ZH), où leur fils Adrian est né. « Ruth était désespérée pendant la grossesse », dit Dieter Förster. Elle ne pouvait pas faire cela, disait-elle désespérément et elle est tombée en dépression. « Nous ne savions pas quoi faire et nous nous sommes tournés vers « La Main Tendue ». » Le coup de téléphone au 143 a été le salut de la famille. « Ruth a reçu l’aide d’un aveugle qui était une sorte de soutien pour elle. » A ce moment-là, il est devenu clair que son épouse bien-aimée voulait partir à l’étranger et voulait voyager. Elle tient cela de son père, lequel a rendu visite à son frère au Ghana en voiture.

C’est ainsi que le couple Förster a développé un besoin de voyager et de parcourir le monde. Dieter Förster rit. Il dit : « Elle voulait partir à l’étranger et j’ai dit : « Je suis déjà à l’étranger ». » L’ingénieur électricien s’est fait muter. L’Afrique du Sud les a d’abord attirés. « Ensuite, j’ai rencontré un manager argentin au siège de Siemens à Munich. Et j’ai donc dit à ma famille, qui m’attendait dans le parc, que nous allions émigrer à Buenos Aires. »

La famille Förster s’est plu en Amérique du Sud

Dieter Förster a d’abord pris l’avion seul et sa famille l’a rejoint un mois plus tard – en bateau. Pour Ruth, la traversée avec deux petits enfants a été une torture. « Nous avons beaucoup aimé le style de vie latin en Argentine », dit Dieter Förster. Il était responsable d’un service de développement. La situation politique a rendu la vie de plus en plus difficile. « Après que l’État a mis fin à un accord de coopération avec Siemens en 1974 et que des insurgés ont menacé les directeurs, tous les Allemands ont dû rentrer chez eux – ou dans un autre pays. » L’employeur Siemens a proposé au père de famille un emploi dans le sud du Brésil. « Nous avons déménagé à proximité des chutes d’Iguazú. La meilleure chose que nous ayons faite loin de chez nous. Les enfants ont fréquenté l’école internationale, ont appris l’anglais, l’espagnol et le portugais. » Ruth voulait un autre enfant – et cela a fonctionné. « Notre rayon de soleil Philipp est né. Un enfant de rêve. Blond paille », raconte fièrement Dieter Förster.

Dieter Förster
Dieter Förster fait le point avec satisfaction : « Je jouis d’un bien-être que mes parents n’ont jamais eu. » (Photo : Paolo Foschini)

L’Amérique du Sud a façonné le couple

En 1978, la famille a dû rentrer chez elle après l’arrêt du projet de développement. Les deux enfants les plus grands se sont envolés pour Berlin et sont allés chez leurs grands-parents. Dieter et Ruth ont fait un circuit en Amérique du Sud avec Philipp. « Nous avons visité le Chili, la Colombie et le Guatemala. Puis nous nous sommes installés à Zurich. J’ai continué à travailler chez Siemens. Nous vivions bien dans l’ensemble. Ruth avait pu exercer la profession d’enseignante qu’elle adorait en Amérique du Sud. Mais ce n’était plus possible à Zurich. Elle en a beaucoup souffert. »

L’Amérique du Sud a façonné le couple. C’était un prêche au Brésil qui les a conduits tous les deux sur le chemin vers Jésus-Christ. C’était une période très intense. Après des années au sein de la paroisse de Chrischona, il a trouvé son réconfort auprès de l’ICF, dont il est membre depuis 1996.

Le couple s’est redécouvert en Angleterre

Après la retraite, les enfants ayant depuis longtemps quitté la maison, le couple a vécu pendant six mois en Angleterre. Ruth a suivi un cours de langue et a commencé à avoir des problèmes de santé. Lorsque ceux-ci ont cessé, l’Angleterre les a attirés une fois encore. « Nous avons trouvé un bon appartement, rien de ce que je craignais ne s’est réalisé. Nous étions merveilleusement bien intégrés et nous avons vécu tout ce qui était nouveau ensemble de manière très intensive. Nous nous sommes redécouverts et avons retrouvé nos intérêts et nos désirs. »

En Angleterre, le couple a découvert le mouvement « Campus pour le Christ ». Ce mouvement de mission et d’éducation confessionnellement indépendant mais de tendance évangélique s’engage pour l’évangélisation, la formation des adultes, la diaconie et la mission. L’oeuvre coopère avec toutes les églises telles que l’Église réformée, l’Église catholique romaine et différentes églises libres.

« Après notre retour en Suisse, on nous a confié le projet « Jesus Film » et nous nous en sommes occupés jusqu’en 2013. Ruth avait beaucoup d’idées. Elle disait que nous devrions faire un film sur la Suisse, sur ses traditions et sur les influences chrétiennes du pays. Un investisseur a débloqué 50’000 francs et le film « More than Chocolate and Cheese » a été réalisé ». À ce jour, plus de 250’000 exemplaires ont été distribués aux personnes intéressées.

Dieter Förster
Un accident a provoqué la mort de Ruth. Dieter Förster considère qu’il s’agit de la tragédie de sa vie. Ses yeux se remplissent de larmes (Photo : Paolo Foschini)

Ruth est décédée en présence de son être cher

Deux ans avant que le couple n’ait pu célébrer son 50e anniversaire de mariage, Dieter Förster a vécu ce qu’il appelle la tragédie de sa vie. Il avale sa salive et essuie les larmes de ses yeux. « Nous étions invités à dîner, le mardi 1er décembre 2015. J’ai dit à Ruth que je sortirais le bus VW du garage et que je la chargerais devant la maison. Il faisait nuit quand je suis sorti du garage et que je me suis arrêté pour charger Ruth. je ne la voyais nulle part. J’ai redémarré et il y a eu un bruit sous la voiture. Ma femme était sous la voiture. J’ai immédiatement appelé les ambulanciers. Ruth était toujours en vie, elle criait « maman ». » Cela a été son dernier mot.

Quatorze jours durant, ils sont restés à son chevet, raconte Dieter Förster. « Les équipes médicales et les infirmières ont tout essayé. Nous espérions et priions pour un miracle. « Les équipes médicales et les infirmières ont tout essayé. Nous espérions et priions pour un miracle. Le 15 décembre, tout le monde savait que les médecins ne pourraient pas la sauver. Son cœur ou son foie ne le supporterait pas. Nous étions tous à son chevet et nous avons convenu d’arrêter toute mesure de maintien en vie. Ruth est décédée le même jour, à l’âge de 70 ans. » Le faire-part de décès indiquait : « Son cher et grand cœur s’est arrêté en présence de sa famille. Elle se trouve désormais dans un lieu où brillent la joie et la lumière de la vie éternelle. »

« Personne ne m’a tenu pour responsable de la mort de Ruth »

Une période difficile a suivi pour le mari tourmenté. Il a été interrogé par la police, il a dû subir des examens de médecine légale et il a répondu aux innombrables questions du Ministère public. Finalement, il est apparu que Ruth était déjà couchée sur le sol et que son mari n’avait pas pu la voir. « Personne ne m’a blâmé. Je n’avais pas remarqué qu’elle ne se sentait pas bien. Nous ne savons pas pourquoi elle était allongée sur le sol, bien que tout ait été examiné. »

Mourir est une chose, la mort en est une autre. Dieter Förster dit : « Nous prenons au sérieux ce qui se passe ensuite, nous savions où nous allions. Il n’y a plus de douleur, personne ne souffre là-bas. C’est pourquoi nous avons pu la laisser partir. C’était une bonne chose qu’elle puisse s’en aller. Si nous l’avions retenue auprès de nous, elle nous l’aurait reproché. »

Dieter Förster avec sa famille
Colocation de trois générations : Dieter Förster vit depuis peu avec son fils Philipp et sa famille. Il arrive parfois qu’il vole une frite à sa petite-fille. (Photo : Paolo Foschini)

« Et soudain, j’étais seul. »

Dieter Förster : « Je ne savais vraiment pas quoi faire. J’étais pris dans des problèmes factuels. Je n’ai pas repris mes esprits pendant six mois. J’ai eu l’impression d’accumuler des centaines de pages de documents et des histoires héréditaires ont suivi. J’ai été interrogé plusieurs fois. Finalement, le Ministère public m’a acquitté de toute culpabilité. » Lors de leur interrogatoire par la police, les enfants ont déclaré que Ruth et lui avaient eu une relation fusionnelle, dit Dieter Förster.

Ruth lui est apparue une fois dans un rêve, raconte Dieter Förster, elle portait une robe noire et le regardait avec des yeux immémoriaux. Ensuite, elle a ouvert les bras. « C’était mon désir de mourir, mais je ne voulais pas que cela se produise, j’avais encore du temps sur terre et souhaiter la mort était une ingratitude envers Dieu. » Il a trouvé une stabilité dans sa vie, il n’a développé aucune dépendance et n’a pas eu de rechute. « J’étais et je suis soutenu. »

Dieter Förster n’aime pas se souvenir du temps où il était seul. « Je devais faire la lessive et je cuisinais comme un vieux garçon. Je n’aurais jamais pu tenir la comparaison avec Ruth. Les achats se sont révélés être un problème. Je mangeais sans plan, c’était pénible sans voiture, sans carte de transport. J’ai acheté un abonnement général et j’ai beaucoup exploré la Suisse. »

Son épouse avait rédigé un testament. Ils s’étaient fait conseiller, dit Dieter Förster. Aujourd’hui, tout est également réglé en ce qu’il le concerne. « J’ai un testament, un mandat pour cause d’inaptitude ainsi qu’une directive anticipée du patient. » Il fait une pause, me regarde dans les yeux et ajoute : « Mais ce sont des éléments formels. Tous nos enfants ont des moyens de subsistance. J’habite depuis peu avec la famille de mon fils Philipp. On m’a accueilli et on s’occupe de moi avec amour. Je suis prêt pour la maison de retraite et, quand le moment venu, quand il sera temps, j’y irai. Je ne veux être un fardeau pour personne. »

Dieter Förster
Dieter Förster a toujours voulu faire l’expérience d’un vol en parapente. Après la mort de Ruth, il a réalisé ce souhait à Emmetten. (Image : mise à disposition)

Dieter Förster n’a pas peur de l’infini

Pendant un certain temps, la question du pourquoi a obsédé Dieter Förster. Parfois, il s’est querellé avec Dieu. « Mais la vie devait continuer. » Et l’homme rit. Il dit : « J’ai toujours voulu faire du parapente et Ruth a toujours refusé. Après sa mort, j’ai réservé un vol biplace à Emmetten. C’était une très belle expérience. »

Dieter Förster n’a pas peur de l’infini. « Dieu est juste, on reçoit le châtiment qu’on mérite. Mais Dieu est miséricordieux. Il dit : « Vous recevez ce que vous ne méritez pas ». » Il est reconnaissant pour le temps qu’ils ont passé ensemble. Reconnaissant pour ses enfants qui sont tous en bonne santé et qui s’en sont bien sortis dans la vie. Et lui, il a tout. « Je jouis d’un bien-être que mes parents n’ont jamais eu. »

Finalement, il cite Hans Carossa : « C’est au moment de la séparation que se révèle ce que l’on est et ce que l’on était. Lorsque la sagesse de Dieu murmure, nous ne l’entendons pas, nous ne faisons que frissonner lorsqu’elle se tait. »

Texte : Martin Schuppli, photos : Paolo Foschini

La Main Tendue est partenaire de Dein Adieu.ch. Le profil

Association Suisse La Main Tendue
Secrétariat général, Beckenhofstrasse 16
8006 Zurich

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *